Le prix des fruits et légumes en débat

    0
    662

    Le sempiternel sujet des prix des fruits et légumes revient chaque année sur le devant de la scène, notamment à travers un observatoire publié par Familles rurales. De quoi discuter des éléments de méthode et de l’analyse des sources de données.

    L’association de défense des consommateurs Familles rurales a publié le 21 janvier dernier, pour la quinzième année consécutive, son Observatoire des prix de grande consommation, pour l’année 2021. Elle relève en synthèse « une inflation contenue en 2021 sauf pour les fruits et légumes », avec une « hausse remarquable de + 9 % depuis 2019 ». L’association exhorte l’État à déployer un « chèque fruits et légumes, pour ne pas détourner les familles aux budgets modestes de ces aliments bons pour la santé ». Et de pointer que « s’alimenter conformément aux préconisations du PNNS coûte entre 450 et 1 148 € pour une famille de quatre personnes (deux adultes, un ado et un enfant), le panier variant dans la simulation en fonction des types de produits (premier prix, marques nationales, bio). « Cette note tombe à 450 € quand on varie moins les produits tout en respectant le PNNS et le cycle des saisons. » Elle fait en outre état d’un « carton rouge » en Outre-Mer, où les « prix s’envolent, le même panier de produits coûtant près de 50 % plus cher qu’en métropole ».

    L’interprofession a immédiatement réagi à la publication de cet observatoire, souhaitant apporter des « points de précision et rappeler que la situation est actuellement favorable pour le consommateur : les prix des fruits et légumes sont stables et la disponibilité au rendez-vous ». Tout en partageant l’idée de la mise en place d’un chèque produits frais pour les plus vulnérables, qui concernerait environ 5,8 millions personnes, thème majeur de l’accessibilité abordé aujourd’hui par la filière au premier plan.

    Sur le détail des chiffres, Interfel relève « qu’en dépit d’une hausse des coûts de production (énergie, emballages) et des difficultés liées aux conditions climatiques, les prix payés des fruits et légumes sont quasi stables de 2020 à 2021, avec une hausse de seulement + 0,7 % (source Kantar), après une hausse de + 7,6 % entre 2019 et 2020. Concernant les indices Insee, ces derniers, bien que légèrement différents des chiffres Kantar, vont également dans le sens d’une diminution significative de la croissance des prix des fruits et légumes par rapport à l’année précédente (2021 par rapport à 2020) ». Enfin, Interfel rappelle l’effet yo-yo de la consommation des fruits et légumes dans la tempête de la crise sanitaire : après une embellie lors des confinements de 2020, on constate une baisse de – 3,7 % des dépenses par ménage en 2021 comparé à l’année précédente. Un essoufflement du « cuisiné maison » est également observé par Kantar, au profit des produits prêts à l’emploi qui regagnent de l’intérêt.

    © DR