La RSE, étoile montante du réseau Vivalya

    0
    808

    Le réseau d’entreprises de gros fédérées au sein de Vivalya a choisi de mettre l’accent sur ses engagements RSE, au dernier salon international Sirah, à Lyon. Et de rappeler quelques fondamentaux, comme celui d’assurer une traçabilité complète de la production à l’assiette.

    « Vivalya est un réseau de chefs d’entreprises, au contact des réalités de terrain, en proximité avec la production et au plus près des consommateurs. Ils sont de plus en plus interpellés par les enjeux RSE, qui deviennent quasi incontournables dans les appels d’offre. La prise de conscience est réelle : il y a une volonté d’aller vers des pratiques plus vertueuses », résume Maria Rios, chargée de communication et marketing au sein du réseau. Le réseau Vivalya est le premier réseau de grossistes indépendants en fruits et légumes frais, pesant 700 000 t par an, pour un CA cumulé de 1,3 Md€. C’est aussi 3 500 collaborateurs, 40 000 clients livrés dont 15 000 chaque jour, 900 tournées quotidiennes de livraisons, 72 entrepôts de proximité couvrant l’ensemble du territoire et 1 500 producteurs partenaires.

    D’où l’élaboration d’une feuille de route partagée au niveau national, 2023-2025, qui fixe trois grands objectifs cadres : maîtrise de l’impact carbone et logistique, gestion des invendus et politique « anti-gaspillage », gestion et revalorisation des déchets. « Nous voulons et devons nous structurer sur ces aspects. Cette feuille de route aide les entreprises à voir un référentiel commun. Petit à petit, nous définissons nos indicateurs de suivi et de performance. D’ici à 2025, nous aimerions obtenir un certificat environnemental ou sociétal », décrit le chef d’orchestre de ce chantier, Gurvan Roux, responsable qualité Vivalya, prochainement remplacé par Ndeye Sarr. Concrètement, quelques actions sont déjà planifiées ou mises en place. « Nous essayons d’encourager nos adhérents à posséder une flotte de transport la plus vertueuse possible, à optimiser les tournées et la consommation de carburant sur nos 1 100 véhicules engagés dans la démarche Écler*, à former nos chauffeurs aux bonnes pratiques. » Quant à la valorisation des déchets, 41 % des adhérents disposent d’un système de récupération collectif des déchets organiques et 34 % d’un système de récupération individuel (chenil, zoo, compost, partenariat avec des agriculteurs…). Des taux qui peuvent encore progresser. 300 tonnes de déchets organiques sont ainsi revalorisées chaque année.

    Le réseau mise aussi sur son maillage territorial fin, conférant une proximité avec l’ensemble des bassins de production de fruits et légumes en France. « Nous sommes des grossistes de proximité, c’est notre métier, notre quotidien. Nous avançons aujourd’hui dans un secteur en mutation : de l’offre à la demande, de l’optimisation logistique pour la livraison du dernier kilomètre, du développement des nouveaux modèles économiques à la prise de conscience de notre rôle, une coopérative, un collectif à mission », appuie Philippe Guyot, directeur de Vivalya dans un éditorial d’engagements. FR

    * Économie circulaire, logistique, écologique et responsable.

    © Vivalya