Kikoka veut challenger Zespri

    0
    429

    C’est un nouveau projet mondial de plantations de kiwis jaunes qui vient d’être officiellement lancé. En France, il implique Innatis et Savajols dans un programme ambitieux.

    Kiwi Kikoka
    © végétable

    Le nouveau projet de kiwi jaune à grande échelle vient officiellement d’être lancé au dernier Fruit Attraction de Madrid. Les consommateurs devraient donc s’habituer à voir et goûter progressivement la marque Kikoka®, créée avec des moyens impressionnants par l’agence milanaise Robilant, qui a présenté le processus de création et les caractéristiques de la nouvelle marque. Volontairement joyeuse et ludique, un brin insistante (« le nom résonne comme un son »), l’objectif est que la marque reste facile à retenir partout dans le monde.

    Quant à la genèse du projet, voilà déjà quatre ans que des producteurs en France avaient fait le déplacement en Italie du Sud pour étudier deux variétés prometteuses de kiwi jaune, observées depuis 2008 par l’université d’Udine en Italie, évaluées et sélectionnées par NKP (New kiwi plant). Après cette phase de test, ce n’est que l’an passé que le groupe italien Rivoira a signé une licence mondiale avec NKP. Le développement des plantations va s’accélérer. 1 500 ha ont été attribués en Europe à douze entreprises*.

    La création d’un consortium européen

    Une première récolte de 450 t est déjà attendue cet automne chez Rivoira, où 140 hectares ont été plantés en 2022 et 220 ha en 2023, auxquels s’ajoutent 200 ha supplémentaires en 2024. L’étape suivante sera la création d’un consortium européen, dans lequel les partenaires seront actionnaires au prorata des hectares attribués, pour le développement de moyens marketing et trade marketing organisés.

    En France, le groupe Innatis (Domaine des Coteaux) et Savajols sont sous-licenciés pour le développement de ce projet, tant sur la production et le suivi technique, que la mise en marché. Chacun déploiera dans un premier temps 150 ha, soit 300 ha au global. Les plantations démarrent cet automne, pour des volumes significatifs d’ici trois ans. « Il faut bien comprendre qu’on ne vise pas un petit kiwi dans son coin. Le projet est à vocation mondiale et a de grandes ambitions », souligne Alexandre Morin, dirigeant de Savajols. D’où les moyens mis en place : un suivi technique assuré par Ivan Gross (Sol’arbo) pour Innatis, et Christophe Fournerie (AFC Consultants) pour Savajols, qui ont déjà exposé dans le menu détail aux producteurs intéressés l’ensemble des critères nécessaires à la production de bons kiwis.

    Des caractéristiques propres

    Les deux variétés ont des caractéristiques propres : la « 076 » récoltée précocement à partir de mi-septembre est très douce, tandis que la « 022 » récoltée à partir de la mi-octobre se conserve bien et plus longtemps. Toutefois, elles présentent de nombreux points communs : une qualité et une conservation supérieures aux variétés actuelles sur le marché (permettant une période de commercialisation de huit mois), leur très forte productivité sans alternance visible, une forte résistance à la bactériose (PSA) et à l’asphyxie racinaire, adaptées dans tous les bassins méditerranéens par leur caractère low chilling.

    Nous reviendrons plus en détail sur ce projet dans un article kiwi à paraître dans notre prochaine édition de janvier 2024, notamment pour la France où les attentes en matière de production sont fortes dans un marché en croissance.

    * Les douze partenaires sont : Apo Scaligera (Italie), Clementi (Italie), Innatis (France), Kiwi Uno (Italie), Peviani (Italie), Savajols (France), Surexport (Espagne), Zeus Kiwi (Grèce), Zeoli Fruit (Italie).

    OP Armonia (Italie) participe également à ce projet avec 50 ha pour la production biologique uniquement et deux groupes de producteurs pour 50 hectares chacun : Arta Gold (Grèce) et Agrihold (Espagne).