Fanes, je vous aime !

0
136

Depuis le temps que je visite des points de vente, je n’ai jamais eu la chance d’assister à l’acte d’achat du navet botte. C’est un peu comme le Yéti dans l’Himalaya ou une blonde dans une bibliothèque… On a jamais rien pu prouver. En fait, j’aimerais pouvoir arrêter un instant le client et lui poser la question du pourquoi de son achat. En effet, à part la difficulté d’emballage (ah le plaisir de faire rentrer les fanes dans le petit sachet sans poignées qu’on arrive pas à décoller !) et l’humidité, je ne comprends vraiment pas comment on peut ajouter au fait d’acheter un truc pas bon les difficultés d’un truc avec les fanes et la terre.
Et si la ménagère voyait simplement dans l’aspect de ces fanes un indicateur de ce qui lui est le plus cher et lui manque le plus souvent dans le rayon : la Fraîcheur ?