Développer la présence des fruits et légumes frais à la cantine

    0
    337

    Six organisations de producteurs de Nouvelle-Aquitaine ont créé Coo’Alliance, une plateforme d’approvisionnement en fruits et légumes frais à destination des établissements de la restauration collective.

    Lancée le 10 novembre dernier à Eysines en Gironde, Coo’Alliance met à la disposition de la restauration collective locale les fruits et légumes de six organisations de producteurs emblématiques de la région : Cooplim, Scaap Kiwifruits de France, Socave, Vallée du Lot/Marmandise, Rougeline et la Sica Maraîchère bordelaise. Au total, ce sont près de 700 producteurs mobilisés pour un potentiel de 75 000 tonnes de fruits et légumes, dont 25 000 sous signes de qualité. « Ces six OP sont celles qui ont manifesté leur intérêt en 2019 lorsque nous avons lancé un appel parmi les adhérents d’Apfel Sud-Ouest. Leur souhait est d’offrir aux convives de la restauration collective, et notamment aux enfants, la possibilité d’accéder à des fruits et légumes sains, tracés et locaux », explique André Graglia, directeur d’Apfel Sud-Ouest. À cette volonté première s’est ajoutée la dimension humaine d’un projet collectif qui fait sens. « Seul, on ne peut pas grand-chose, mais tous ensemble on est en mesure de satisfaire la demande de la restauration collective. Coo’Alliance est en outre une réponse concrète aux objectifs Égalim, selon lesquels les établissements de restauration collective doivent proposer, à compter du 1er janvier 2022, 50 % de produits durables ou sous signes de qualité ou d’origine, dont un minimum de 20 % de produits bio », ajoute Françoise Besse, présidente de Coo’Alliance et de Cooplim.

    Pour le moment, Coo’Alliance fournit 100 tonnes de fruits et légumes frais au groupement de commandes de fruits et légumes de Gironde porté par le lycée Victor-Louis, qui réunit 140 lycées et collèges publics de Gironde. Son objectif est d’atteindre rapidement 400 tonnes. Pour cela, l’organisme démarche les différentes structures de la restauration collective (établissements scolaires, centres de loisirs, Ehpad, cantines militaires, hôpitaux, etc.) et répond aux appels d’offre des marchés publics. Afin de faciliter les livraisons, sa plateforme logistique a été installée au sein de la Sica Maraîchère bordelaise, à Eysines, une localisation idéale pour servir les marchés de la métropole bordelaise et du département de la Gironde. Cette dernière dispose de 1 350 m² de hall frigorifique et d’une station certifiée AB. « La logistique impacte fortement le prix payé au producteur. Coo’Alliance n’est pas organisé comme certains gros groupes, qui ont des services intégrés et peuvent livrer un établissement pour quelques euros de marchandise. Afin d’en réduire les coûts, nous avons intégré les livraisons à nos plannings existants et nous demandons un minimum de commande », précise Jean-Philippe Bilgot, son directeur. Potentiellement énorme, le marché de la restauration collective, qui ne propose aujourd’hui que 100 g de fruits et légumes par repas contre les 400 g préconisés par l’OMS, devrait à l’avenir favoriser ce type de projet… pour peu qu’elle accepte d’y mettre le prix. « Dans cette optique, le groupement de commandes de fruits et légumes de Gironde a retenu dans ses critères de choix des offres 25 % pour le prix, 35 % pour la qualité, 40  % pour les circuits courts et les capacités logistiques. Il y a donc une vraie demande pour les produits locaux et de qualité », confie Christian Clergue, gestionnaire du lycée Saint-Louis de Bordeaux. De quoi laisser espérer que les choses évoluent dans le bon sens.

    De gauche à droite : Laura Baccou, chargée de projet à l’Apfel Sud-Ouest ; Vincent Peydecastaing, directeur de Cooplim ; Patrick Piquin, directeur de Scaap Kiwifruits de France ; Françoise Besse, présidente de Coo’Alliance ; Cyril Garnaud, maraîcher ; Jean-Philippe Bilgot, directeur de la Sica maraîchère bordelaise ; André Graglia, directeur de l’ApfeL Sud-Ouest. © DR