Ay Dios Mio

0
23
Aéroport de Madrid Barajas © Photo Xdr
Aéroport de Madrid Barajas © Photo Xdr

Vendredi 24 juillet. Aéroport de Madrid Barajas.
Avant d’accéder à la zone d’embarquement, 2 larges passerelles dispatchent les voyageurs entre les postes ouverts du contrôle sécurité, très fluide. Au sortir de l’une d’elles, des enquêtrices arrêtent un instant les voyageurs qui l’acceptent pour répondre à quelques questions. Et là, l’instant magique, l’arrêt sur image, la synthèse d’un superbe pays à la dérive par la faute de la mentalité qui y prédomine malheureusement aujourd’hui, le commentaire lâché entre 2 baillements -sans mettre la main devant la bouche- par un des agents de sécurité: « On est du mauvais côté, les gens évitent les enquêtrices et passent plutôt chez nous : on va avoir plus de travail! ». Le Chef d’équipe lève péniblement la tête -il a AZERTY imprimé sur le front- et la laisse retomber, désespéré. Il n’a pas eu la force de parler mais fait simplement signe avec la main de refouler une partie des voyageurs. Quand on en est à ce genre de calcul pour toujours chercher à en faire le moins possible, on se dit que même la Grèce a plus de chance de sortir de la crise…