Semences : une interprofession mobilisée

    0
    72

    Semae, l’interprofession des semences et plants, a réaffirmé le 13 décembre ses missions et engagements face aux tensions que connaît la filière, impactée par l’instabilité géopolitique et climatique.

    Les surfaces de production de semences sont en baisse de 2 % (à 394 000 ha), conséquence de la sécheresse et des pics de chaleur, avec une grande disparité entre espèces. La totalité des semences de grandes cultures recule, et pour quelques espèces les rendements sont bien en deçà des moyennes. Par exemple, la récolte de maïs semences atteint cette année seulement 60 à 70 % de l’objectif, entraînant une réduction des stocks. « Ce contexte fragilise le maillon multiplication, essentiel à la production de semences », a déclaré Pierre Pagès, vice-président de Semae, l’interprofession des semences et plants. « L’enjeu pour la filière est, d’une part, de parvenir à maintenir une capacité de production suffisante sur le territoire français, avec la difficulté de recruter et consolider les réseaux d’agriculteurs-multiplicateurs de semences et, d’autre part, de garantir la souveraineté alimentaire à l’heure où il est difficile de maintenir des stocks suffisants. ».

    Face aux défis de la transition agroécologique, du changement climatique ou aux attentes sociétales, l’autre enjeu est de « soutenir l’innovation et d’accélérer l’amélioration variétale et les capacités de création variétale », a-t-il ajouté. En garantissant leur qualité, en soutenant la préservation et le partage des ressources génétiques, en répondant aux attentes du consommateur qui souhaite des produits aux qualités nutritionnelles et gustatives toujours plus élevées. En 2022, dans un contexte de tensions et de fragilisation, François Desprez, président de Semae, a souligné la « très forte mobilisation de l’interprofession pour soutenir les agriculteurs-multiplicateurs et travailler au renforcement de la cohésion de la filière ». Parmi les actions engagées, il a notamment cité la « valorisation des métiers de la filière, essentielle à la pérennité du savoir-faire et de l’expertise de cette filière d’excellence ». Il a mis l’accent sur la nécessité de s’assurer, dans un avenir proche, d’un cadre réglementaire européen de la commercialisation adapté aux enjeux sociétaux et a rappelé que Semae « porte des positions fortes au service de la diversité et de la qualité ». Malgré le contexte, le secteur des semences et plants, affiche en 2022 un excédent commercial de 1,109 milliard d’euros, ce qui lui permet de demeurer au rang de premier pays producteur européen et premier exportateur de semences grandes cultures.

    Retrouvez François Desprez dans l’interview du mois de janvier 2023 (végétable n°406).

    © DR