Pour développer la filière amande

    0
    521

    Chaque  année, 500 tonnes d’amandes sont produites en France, alors que 42 000 tonnes sont consommées.

    La culture de l’amande dans le Midi est restée une culture traditionnelle, peu intensive, soumise aux aléas de l’alternance et du climat, négligée face aux développements de la vigne ou de l’olivier. Ramener l’amande, aujourd’hui importée en masse, en Provence, tel est l’objectif de la société cofondée par Arnaud Montebourg : basée à Aix, la Compagnie des Amandes propose aux agriculteurs un modèle de coconstruction de vergers pour structurer une nouvelle filière française.  

    La CDA ambitionne de codévelopper 2 000 ha de vergers d’amandiers sur le pourtour méditerranéen avec des arboriculteurs locaux, plantés d’ici à fin 2024. La Compagnie des Amandes, qui souhaite ancrer le projet dans un financement populaire, fait aujourd’hui appel au grand public pour financer son développement via une levée de fonds participative sur Lita.co. Cette plateforme, permet au grand public d’épargner différemment en investissant en ligne, en quelques clics, dans des entreprises à fort impact environnemental. La CDA y propose, jusqu’au 5 février, un investissement en obligations. Les épargnants qui prêtent percevront leurs intérêts pendant six ans, puis récupéreront leur capital (six ans, c’est la période nécessaire pour que les amandiers arrivent à maturité). Un million d’euros sont espérés. L’argent sera investi dans les premiers vergers, qui représentent pour le moment 150 hectares (dont l’exploitation Amandes des Estangs, dans le Vaucluse). L’objectif est de permettre à chaque exploitant de bénéficier d’un salaire décent et du versement d’un loyer par l’entreprise lorsque l’agriculteur apporte le foncier. Le projet de casserie et le développement d’une association interprofessionnelle (France Amande) permettront également à la filière de se professionnaliser et de préserver ainsi les savoir-faire ancestraux des amandiculteurs.

    © DR