Pleine croissance pour le Fairtrade

    0
    68

    En France, la démarche Fairtrade/Max Havelaar a généré un chiffre d’affaires en hausse de 22 % en 2019 par rapport à 2018. La banane, en particulier, présente une progression historique, mais l’ONG veut aller encore plus loin.

    © James Rodriguez

    Max Havelaar France a organisé un colloque le 1er octobre dernier, à Paris, à l’occasion de la journée mondiale du café et du cacao. Sous un intitulé militant*, le message issu des différentes interventions et témoignages était finalement plus pragmatique : on produit dans le monde davantage d’offre certifiée Fairtrade/Max Havelaar qu’on en commercialise. Les demandes de coopératives de producteurs se bousculent pour entrer dans une telle démarche, au Sud et désormais en France. En témoigne les coopératives laitières et céréalières françaises, qui travaillent sur un projet pilote pour répondre aux attentes des consommateurs de produits équitables « made in France », viennent d’intégrer l’ONG. Et on les comprend ! Qui n’apprécierait pas une contractualisation à long terme, des prix « justes » construits à partir des coûts de production et réguliers, une prime supplémentaire pour la production bio, et enfin, une « prime de développement » mise à disposition des producteurs pour mener à bien leurs propres projets en commun ? Le problème réside dans l’accès au marché. Aujourd’hui dans le monde, seuls 30 % du café produit sous la certification trouve un débouché commercial aux conditions équitables. Le taux atteint 50 % pour le cacao et 70 % pour la banane.

    Mais la bonne nouvelle est que la dynamique est à la croissance. Le marché est indéniablement en progression, porté par une véritable attention des consommateurs aux valeurs d’équité, par la notoriété de la démarche et par un nombre croissant d’enseignes qui intègrent cette certification dans leur offre, notamment leur MDD. Ainsi, dans le monde, le volume de bananes commercialisées sous certification Fairtrade/Max Havelaar a progressé de 7 % entre 2017 et 2018, pour atteindre 687 000 t et de 22 % pour le cacao. En France, plus de 81 000 t de bananes certifiées ainsi ont été vendues en 2019, ce qui représente tout de même 12 % du marché de la banane, avec une progression de 25 % par rapport à 2018. La quasi-totalité des grandes enseignes présente une gamme Fairtrade/Max Havelaar, Grand Frais et System U faisant exception. Soulignons également que 94 % des volumes commercialisés en équitable sont également certifiés bio, ce qui est une particularité française. Seul Auchan présente une référence banane équitable conventionnelle.

    L’ONG se mobilise également sur tous les fronts pour augmenter l’accès au marché des produits sous condition équitable. Par le lobbying institutionnel et politique (ce colloque en témoignait). Par un travail de sensibilisation auprès des distributeurs. Ou encore par le lancement d’ambitieuses campagnes de communication destinées au grand public. Par exemple, cet automne des spots télévisés présenteront la banane Fairtrade/Max Havelaar dans les foyers français.

    Dans le monde, la certification représente 35 000 produits, 1,7 millions de producteurs et un chiffre d’affaires de 9,68 milliards d’euros en 2018, en progression de + 14 %. En France, ce sont 4 100 produits qui réalisent un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros en 2019 (+ 22 %/2018). La commercialisation est assurée à 60 % en GMS, le reste par l’hôtellerie-restauration et les réseaux spécialisés bio. Les fruits, dont la banane reste ultra majoritaire, représentent 20 % des ventes.

    * « Transformer le commerce mondial : un prix juste pour assurer un revenu décent au sein des filières agricoles soutenir la résilience des producteurs ».

    La table ronde du 1er octobre a rassemblé des responsables de Max Havelaar France, de Compagnie Fruitière et de Malongo. © DR