Je vous en mets combien ma petite dame ?

© Photo Filpack

Juste un petit ajout à mes papiers sur la nécessité d’être capable de conditionner des spécifiques pour nos clients GMS et l’indispensable recherche de valeur ajoutée. J’ai appris la semaine passée que certains éditeurs proposaient maintenant aux libraires, grâce à une machine à imprimer spécifique, des séries de livres de… 1 exemplaire ! Service au client qui attendait en vain une hypothétique réédition d’un texte et se voit proposer du sur-mesure, défense du support papier et de la boutique dans un univers de plus en plus kindlelisé et dématérialisé, pas de stock coûteux à gérer voire d’invendus à détruire, livre commandé/ réservé et « vierge » (c’est-à-dire sans les 34 bactéries des livres que tout le monde a tripotés en magasin, plus sales qu’une poignée dans le métro à Châtelet !) quand le client vient le retirer… La liste des intérêts et des avantages est longue.
Et pendant ce temps, pour notre Filière, toujours l’éternel débat sur la multiplication des emballages et les difficultés à la gérer. Les vendeurs travaillent-ils aujourd’hui à une machine qui permettrait d’imprimer et de façonner à la demande des micro-séries de cartons ? de produire des sachets imprimés aussi facilement qu’un tissu ? La solution est probablement par là…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *