Catégorie dans la brume

Mangez des fruits et légumes, ok ? ©Photo Canal + /Braquo

Vous savez pourquoi le genre du thriller est de plus en plus associé à des auteurs étrangers ? Pourquoi on suit maintenant les traces ensanglantées laissées par l’inévitable tueur en série de Carisi dans les vieilles rues pavées de Rome ? Pourquoi on se laisse entraîner sur les landes giflées par le vent polaire de Lackberg ? Pourquoi Montanari a connu le succès, certes de façon éphémère mais aiguë ? Simplement parce que le genre, souvent cantonné aux mêmes pays/capitales, englué de fait dans les mêmes univers, s’épuisait. Alors, les maisons d’édition, voyant les ventes diminuer, ont été sourcer ailleurs de quoi se renouveler, même s’il ne s’agissait quelquefois que d’une simple traduction. Le simple fait de camper des personnages dont le nom ressemble à une quinte de trachéite, de les habiller d’une doudoune plutôt que d’un imper (ancienne école) ou d’un bomber (nouvelle école), suffit à insuffler le petit côté inédit et à changer d’ambiance pour y camper le pomelodrame. Même les quelques très bons Français que nous avons s’y sont mis. J’en veux pour preuve l’excellente trilogie Maori de Ferey ou le Captain Morgan coule autant à flot que le sang des membres tranchés au coupe-coupe pour alimenter le barbecue, le goût manifeste de Thilliez pour les paysages désagrégés des anciennes républiques soviétiques… Idem dans les séries, Caplan passe d’une saison à l’autre de Braquo de la mafia russe à la turque (finalement, il suffit de changer les nombreux « stuka » en « pislikier »), Gomorra cartonne et El Marginal arrive. Bref, on sait très bien se renouveler et les lecteurs/téléspectateurs restent accrochés.

Et, pendant ce temps, les plans promos FL sont les mêmes depuis la Huitième Croisade. Il faut repasser sur le chiffre, même s’il était déjà en retrait, alors prise de risque minimale du CatMan qui propose le énième remake des tracts en mauvais papier, les radios diffusent les éternelles niaiseries (avec les 2 blondes qui n’en reviennent toujours pas que la tomate grappe soit fracassée à 0,99 ou la cerise à 3,50, avec l’inévitable humour à 2 balles « lâche-moi la grappe ! » ou « on va se refaire la cerise ! »). Je n’ai jamais compris qu’un étal avec une telle quantité d’espèces, de variétés, d’origines, de terroirs, de formes, de couleurs, d’odeurs et de saveurs engendre toujours les mêmes prises de parole. C’est bien joli de s’extasier devant le local, mais le consommateur de FL aussi veut voyager. Inspirons-nous donc un peu de ce qui nous entoure. Un peu d’audace…

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *