Un esprit sain dans un porcin

© Photo Xdr

© Photo Xdr

Voulant préparer des croque-monsieurs, j’ai eu le malheur, inconscient que je suis, de m’intéresser au rayon Jambon.
A un moment où manger du porc n’est déjà pas forcément très tendance, je dois avouer que les innombrables mentions dont sont bardés les packagings n’incitent pas vraiment à inverser la chose.
En très grand, au centre du blister : « sans antibiotique dès la fin du sevrage » pour les moins-disant ou « porcs élevés sans antibiotiques dès la naissance » pour les ultras du Kop. Est-il nécessaire de communiquer autant sur ce point, quitte à faire imaginer notre pauvre cochon avec la patte genre avant-bras d’Amy Winehouse et la pupille de Doc Gyneco ?
Ensuite, la tendance est manifestement au lean pig (un comble !). Alors, une fois qu’on a enlevé la couenne, la graisse, les os, le sel, le gluten… On imagine des créatures curieuses, à mi-chemin entre les Grands Anciens de Lovecraft et un talon de Fédérale 2 en fin de carrière.
Ajoutons à ça l’incontournable surenchère de labels en tous genres : Bleu Blanc Cœur, Le Porc Français, Label Rouge, Bio, jambon Supérieur, Cuit au torchon…
Euh… je voulais juste faire des croque-Monsieur !
Allez, je vais au rayon œufs. Espérons que je vais trouver une poule bien élevée, ne fricotant pas avec un saumon nageant en eaux troubles ou fumant du hêtre.
Pendant ce temps, Innocent continue à avoir tout compris avec une communication minimaliste et rassurante, installe des présentoirs un peu partout et les clients donnent de plus en plus à ses jus le bon Dieu sans confession…

Une réflexion au sujet de « Un esprit sain dans un porcin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *