Archives de catégorie : Gérard m’a Mullier !

Même pas en grève !

©Photo Xdr

Assurément, il n’y a qu’en France qu’on pouvait penser à ça : une start-up qui met au point une machine à compter les manifestants ! Restons positifs : cela nous évitera peut-être, pour la prochaine Pancarte Party, la pitoyable surenchère entre les organisateurs, avec l’honnêteté d’un vendeur d’épices sur un marché provençal, et la police, ses faiblesses congénitales en calcul mental étant connues. D’ailleurs, je ne critique aucunement la conception d’un produit répondant à un besoin on ne peut plus réel – c’est l’essence même de tout business –, mais suis juste triste pour mon pays que ça arrive chez nous.
Mais pourquoi ne pas aller plus loin et faire bosser la R&D sur toutes les petites mesquineries dont la mentalité franchouillarde a fait socle ? A quand une application pour poser, dès le 2 janvier, directement, tous les ponts de l’année sans consulter ses collègues et en complétant si besoin les viaducs avec quelques jours enfant malade ? Pourquoi pas une Plouc Box pour tous les blaireaux en demi-pension en village de vacances et qui bourrent le sac à main de maman au petit déjeuner de mauvaises viennoiseries pour tenir jusqu’au buffet de pâtes du soir ? Je propose aussi un site « Balance tout le monde ! », vieille tradition française (mamie, elle, devait écrire à la Kommandantur !) qui permettrait aux jaloux, aux aigris, aux chiennes de garde, de dénoncer à tour de bras,… Pourquoi mon agacement ? Simplement parce que, pour avoir pas mal voyagé, il n’y a vraiment qu’en France qu’on retrouve aussi développé ce chromosome du jamaiscontent et du commentjegruge….

On se fait un plan cru ?

© Photo Xdr

Le cru est à la mode. Même si on risque de se retrouver avec le transit intestinal comme si on venait de se faire L’exorciste version longue dans un chalet de haute montagne avec les toilettes dehors, les steaks tartare et les carpaccios sont une valeur sûre du bistrot. Poisson idem. Même s’il y a autant de poisson dans les sushis industriels que de vraie truffe sur les marchés du Périgord, les sushis cartonnent. Pourquoi n’arrivons-nous donc pas surfer sur cette tendance et à promouvoir des associations culinaires autres que les sempiternelles frites et le certes difficilement remplaçable riz ? Après tout, la fonction d’accompagnement des légumes est un des moyens de promouvoir la consommation, non ?

Et si on jouait à cache-casse ?

Pour gagner de l’argent, il faut d’abord ne pas en perdre. Derrière cette lapalissade se cache pourtant un des grands fléaux de notre Filière et c’est pourquoi la chasse aux coûts cachés est ouverte. Or les gens en charge ont souvent une mauvaise acception du terme et tirent sans discernement sur tout ce qui coûte. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur les fausses économies telles que le gel de la maintenance préventive des frigos, tirer la qualité des sachets vers le bas, ne pas affecter quantité et qualité de ressources humaine pour la tenue des rayons… On note aujourd’hui un paradoxe criant au niveau des intervenants : ceux qui ont démarré comme hard discounters sans fioriture investissent pour surfer sur la vague de la proximité en devenant des spécialistes des Produits Frais, et les « grands » qui avaient une certaine légitimité en FL taillent sauvagement dans les frais et continuent à perdre des parts de marché.

Je vous en mets combien ma petite dame ?

© Photo Filpack

Juste un petit ajout à mes papiers sur la nécessité d’être capable de conditionner des spécifiques pour nos clients GMS et l’indispensable recherche de valeur ajoutée. J’ai appris la semaine passée que certains éditeurs proposaient maintenant aux libraires, grâce à une machine à imprimer spécifique, des séries de livres de… 1 exemplaire ! Service au client qui attendait en vain une hypothétique réédition d’un texte et se voit proposer du sur-mesure, défense du support papier et de la boutique dans un univers de plus en plus kindlelisé et dématérialisé, pas de stock coûteux à gérer voire d’invendus à détruire, livre commandé/ réservé et « vierge » (c’est-à-dire sans les 34 bactéries des livres que tout le monde a tripotés en magasin, plus sales qu’une poignée dans le métro à Châtelet !) quand le client vient le retirer… La liste des intérêts et des avantages est longue.
Et pendant ce temps, pour notre Filière, toujours l’éternel débat sur la multiplication des emballages et les difficultés à la gérer. Les vendeurs travaillent-ils aujourd’hui à une machine qui permettrait d’imprimer et de façonner à la demande des micro-séries de cartons ? de produire des sachets imprimés aussi facilement qu’un tissu ? La solution est probablement par là…

 

Catégorie dans la brume

Mangez des fruits et légumes, ok ? ©Photo Canal + /Braquo

Vous savez pourquoi le genre du thriller est de plus en plus associé à des auteurs étrangers ? Pourquoi on suit maintenant les traces ensanglantées laissées par l’inévitable tueur en série de Carisi dans les vieilles rues pavées de Rome ? Pourquoi on se laisse entraîner sur les landes giflées par le vent polaire de Lackberg ? Pourquoi Montanari a connu le succès, certes de façon éphémère mais aiguë ? Simplement parce que le genre, souvent cantonné aux mêmes pays/capitales, englué de fait dans les mêmes univers, s’épuisait. Alors, les maisons d’édition, voyant les ventes diminuer, ont été sourcer ailleurs de quoi se renouveler, même s’il ne s’agissait quelquefois que d’une simple traduction. Le simple fait de camper des personnages dont le nom ressemble à une quinte de trachéite, de les habiller d’une doudoune plutôt que d’un imper (ancienne école) ou d’un bomber (nouvelle école), suffit à insuffler le petit côté inédit et à changer d’ambiance pour y camper le pomelodrame. Même les quelques très bons Français que nous avons s’y sont mis. J’en veux pour preuve l’excellente trilogie Maori de Ferey ou le Captain Morgan coule autant à flot que le sang des membres tranchés au coupe-coupe pour alimenter le barbecue, le goût manifeste de Thilliez pour les paysages désagrégés des anciennes républiques soviétiques… Idem dans les séries, Caplan passe d’une saison à l’autre de Braquo de la mafia russe à la turque (finalement, il suffit de changer les nombreux « stuka » en « pislikier »), Gomorra cartonne et El Marginal arrive. Bref, on sait très bien se renouveler et les lecteurs/téléspectateurs restent accrochés.

Et, pendant ce temps, les plans promos FL sont les mêmes depuis la Huitième Croisade. Il faut repasser sur le chiffre, même s’il était déjà en retrait, alors prise de risque minimale du CatMan qui propose le énième remake des tracts en mauvais papier, les radios diffusent les éternelles niaiseries (avec les 2 blondes qui n’en reviennent toujours pas que la tomate grappe soit fracassée à 0,99 ou la cerise à 3,50, avec l’inévitable humour à 2 balles « lâche-moi la grappe ! » ou « on va se refaire la cerise ! »). Je n’ai jamais compris qu’un étal avec une telle quantité d’espèces, de variétés, d’origines, de terroirs, de formes, de couleurs, d’odeurs et de saveurs engendre toujours les mêmes prises de parole. C’est bien joli de s’extasier devant le local, mais le consommateur de FL aussi veut voyager. Inspirons-nous donc un peu de ce qui nous entoure. Un peu d’audace…

Qu’importe le flocon pourvu qu’on ai le tire-fesses !

Vous avez noté bien sûr comment certaines enseignes spécialisées dans les supérettes de proximité en montagne refont de la pub juste avant le démarrage de la saison de sport d’hiver. En fait, je me demande pourquoi les skieurs qui ne veulent pas reprendre la voiture pour descendre au supermarché traditionnel un peu plus bas dans la vallée, sont manifestement captifs. Peu importe la gamme minimaliste et les prix élyséens, on ne va pas déneiger la voiture, qui en plus tient mal sur la route car c’est une propulsion, pour aller acheter les trois produits et demi qu’il nous manque, si ? En fait c’est la captivité du client qui m’intéresse, celle-la même qui touche le touriste à Disneyland Paris qui a eu le malheur d’oublier son pique-nique ou le voyageur TGV qui recompte fébrilement sa monnaie en s’approchant en tanguant du wagon Restaurant pour savoir si, avec 14€, il aura assez pour le café et le donut dont il rêve. Ces deux autres monopoles ne font pas de pub eux…

Président Débile 6 : résurgence

Le Palais de l’Elysée. ©Photo Xdr

Entre le roquet rouge encore moins sympathique que son hologramme, l’enfumeur chérubinique qui fait son cinéma mais sans annoncer le programme, le 5e couteau, contraint de suppléer un Président sans courage et déjà lui-même élu par hasard, qui veut amplifier encore la dérive alors que la France est déjà le pays le plus imposé et le plus assisté d’Europe, la grenouille qu’on veut noyer dans son bénitier pour avoir oublié de contrôler que maman avait fait ses devoirs, la tête blonde qui a recyclé National Socialisme en Patriotisme du Peuple sans que les veaux Alzheimerisés ne s’en émeuvent… au secours ! L’élection présidentielle en France, c’est vraiment pas le Beyrou !
Ceci étant dit, ce sont les mêmes qui s’insurgent contre l’élection emperuquée de Donald par une majorité de petits blancs racistes et obèses ayant le même QI que leur 44 chromé, qui s’élèvent contre le seul choix cohérent s’offrant à des français qui pensent surtout à en faire le moins possible et à tendre la main à un état anciennement providence et de tous temps proxénète.

De tous ces maux, l’un est moins pire…

50 nuances d’affinage

© Photo Xdr

Banane sondée, chauffée, elastibandée… mangue décollée, mûrie à point, passée au pénétro… papaye cougar accouplée dans une barquette avec un petit citron encore vert… les techniques pour amener les F&L à maturité sont très pointues et certaines stations de conditionnement spécialisées rappellent parfois les alcôves à lumière tamisée des boîtes sur les quais de Bordeaux.
Jeu risqué que de vouloir remplacer crânement Mère Nature : si on se loupe, on peut toujours se faire coincer les kiwis entre 2 Brix ou finir avec la joue plus rouge que celle de la Kent qu’on a livré…

La grenouille qui voulait se faire aussi grosse que la gazelle

radio

En s’éloignant d’Aix en voiture vers Marseille, on peut, après quelques kilomètres, capter 3 fréquences radio dont le nom commence par G.
Parmi elles, Radio Galère. On comprend de suite pourquoi les animateurs ont choisi ce nom tant les enchaînements de temps morts alternent avec les speakers parlant sans ouvrir le micro. Et quand ils se décident à parler dans le micro, on en vient presque à le regretter. On y entend des voix un peu inopinées, comme dirait Gad, nous expliquer que la France colonialiste doit quitter les Comores !
Je dois être un peu naïf mais quelqu’un peut-il m’expliquer l’intérêt de cette ‘ radio’, coincée entre Radio Grenouille et Radio Gazelle ?

Un clic, 2 claques !

stylo_clicPourquoi, pendant les séminaires, distribue-t-on toujours des stylos publicitaires à cliquet ? Pourquoi, au bout de quelques intervenants sophoriphiques, a-t-on systématiquement droit à la scène du jour le plus long avec un concert de clic insupportable ?
En fait, il existe plusieurs niveaux chez les psychopathes du clic :
– le débile niveau ‘débute’: il clique, s’arrête quand on lui dit.
– le débile niveau ‘occupe’: il clique, s’arrête quand on lui dit, mais garde le stylo dans la main et recommence 3 secondes après.
– le débile niveau ‘maîtrise’: il alterne le clic, le tour de stylo sur le dessus de la paume, le tapotement sur la couverture du cahier, le raclement sur les spirales…
– le débile niveau ‘domine’: en plus de faire cliquer son stylo sans arrêt, il le fait devant le micro de la visioconf de façon à ce que ce soit amplifié pour tous les participants !
On est là en présence de l’ultime évolution d’une famille qui, de tous temps, a pris plaisir à gonfler les autres : son père était tordeur de trombones, sa mère tourneuse de petite cuillère dans la tasse 10 minutes après que le sucre ai complètement fondu, ses enfants sont adeptes du whistle insupportable à chaque wassap reçu…
Un jour, c’est sûr, nous aurons droit en réunion à une version moderne d’un meurtre d’Agatha Christie ou chaque participant excédé viendra planter son stylo dans le dos d’un de ces cliqueurs fous !
Pas de doute, l’enfer, c’est bien les autres…